Programme

_ _ _ Classement Live 2017

MTT

 
RaulVolfoni 147 pts
Quartz 135
Galib 129
Jeff Bandit 120
Chakes 102
Kobekoli 90

SnG

 
Galib 142
JAXX-95 124
RaulVolfoni 119
Jeff Bandit 108
Chakes 86
GeniusGreek 72

Classement complet

 

_ _ _ Classement Online 2017

Eole1900 358 pts
GALIB_DT75 336
cassiflor 312
-TatonK- 266
JAXX-95 258
Funckyfresh 239

Classement complet

 

Bienvenue sur le site de la Darshan Team 75. 

Vous êtes passionné de poker, débutant, amateur ou joueur confirmé, vous êtes le bienvenue.

Vous souhaitez nous rejoindre, rien de plus simple, venez nous retrouver pour une partie d'essais en vous inscrivant sur notre forum "section tribune libre"

Bonjour Gaëlle ! Tout d'abord, félicitations pour ton parcours éclair ces dernières années ! Comme pour Elie Payan (vainqueur du Pot Limit Omaha 1500$ aux WSOP 2011) ton périple est passé par le poker associatif. On t'a toujours connue, du temps de ta présence à la Darshan Team, résolue et motivée pour une carrière de joueuse professionnelle. A quel moment t'es-tu vraiment dit : « C'est possible, je peux le faire » ?

Bizarrement, je ne me suis surtout jamais dit que ce n'était pas possible, d'où ma motivation constante. Mais j'ai aussi essayé de ne pas trop me mettre la pression par rapport à ça (avec plus ou moins de réussite !), tout en gardant l'idée au coin de ma tête. Plusieurs fois, j'ai failli me qualifier pour des gros tournois live ou perfer dans des tournois online, et c'était une déception quand j'échouais, parce que je pensais à l'époque que c'était comme ça que je pourrais réaliser mon rêve de passer pro. Je me suis rendue compte ensuite que si je voulais vraiment progresser et vivre du poker, la meilleure solution restait de me mettre au CG. Le déclic a ensuite été le challenge Limpers. Avant ça, je pensais que j'allais réussir à passer pro, mais je ne savais pas dans combien de temps, et quand j'ai appris que j'allais être coachée par les Limpers, je me suis dit, « c'est bon, je serai pro d'ici la fin de l'année (2010) ».

Un premier step a été franchi quand tu es devenue « protégée Limpers », avec un challenge cash game épaulé par les ténors du site en question (www.limpers.com). Tu as progressé, on imagine, à une vitesse folle à cette période. Quels sont les principaux points que ce coaching de choc a permis d'améliorer sur ton jeu ?

Le coaching m'a servi à poser les bases du CG SH, et il m'a appris à mieux réfléchir à chaque situation, de façon plus poussée. Sachant que j'étais une joueuse de HU principalement, j'ai travaillé, pour commencer, les différences avec le jeu en SH où j'avais tendance à jouer trop de mains au départ, par exemple. Une fois les bases établies, j'ai essayé de réfléchir plus à chacune de mes lines et d'en discuter avec les coachs. Si je devais conseiller un livre pour bien comprendre le CG, et qui reprend ce que j'ai mis en pratique pendant les sessions de coaching, ce serait « Easy Game » de Balugawhale (2 volumes). C'est un bouquin qui résume vraiment bien ce que j'ai pu apprendre et qui montre la réflexion adoptée par un bon joueur de CG. Ensuite, ce qui différencie un top reg d'un bon joueur, à des limites élevées, hormis un mental à toute épreuve qui est absolument indispensable, c'est la capacité d'analyse et la capacité à rentrer dans la tête de ses adversaires, que j'essaie de développer aujourd'hui.

Tu es devenue local hero du site Winamax, pour ensuite intégrer leur team pro. Tu te retrouves avec une escouade composée de la fine fleur du poker hexagonal. Quels sont les joueurs de ta team qui t'ont le plus impressionnée ? Pourquoi ? Plus généralement, quels sont les joueurs du circuit international qui t'impressionnent le plus ?

Comme que je passe mon temps à jouer du CG online, je n'ai pas assez suivi l'actualité des joueurs du circuit MTT live pour être impressionnée par un joueur en particulier. Ce sont des domaines tellement différents ! Les joueurs du Team Winamax sont tous très forts et ont fait de grosses perfs, mais les MTT n'étant pas mon domaine de prédilection, il est difficile pour moi de juger de leur talent. Si je devais en citer un, je dirai Antony Lellouche, pour ses performances en CG live, sa ténacité et son endurance qui sont réellement hallucinantes. Au niveau international, les gros grinders online comme Daniel Cates ou Ben Sulsky qui crushent totalement les highstakes online, mais il y en a d'autres qui ne sont pas forcément aussi connus.

Tu vas jouer certains des plus gros tournois de la planète avec ton équipe. T'es-tu fixé des objectifs pour tes prochaines échéances live ? Fais nous rêver : va-t-on voir en 2012 une ancienne membre de la Darshan Team participer au Main Event des WSOP ?

Pour commencer, je reviens aux MTT online, pour me remettre dans le bain. Je ferai certainement quelques tournois live à Malte, car pour l'instant mon prochain tournoi en compagnie du team aura lieu fin avril, il s'agit de la finale EPT à Monte Carlo. Evidemment je participerai également au Main Event des WSOP à Vegas. Je pense faire aussi le Ladies Event qui constitue certainement le meilleur Field des WSOP, et peut-être l'un ou l'autre tournoi si tout se passe bien en CG online. Quand je pense aux joueurs non sponsorisés, je me dis que c'est tellement difficile de parcourir tout le circuit, les frais sont énormes ! J'ai vraiment de la chance de pouvoir participer aux événements majeurs de circuit. Pour ce qui est du reste, je verrai en fonction d'éventuelles performances. Si je réussis à faire un ITM sympa, ça me permettra de jouer encore plus de tournois live.

La Darshan Team vise à améliorer le jeu de ses adhérents, nous sommes preneurs de conseils. Tout d'abord, quels sont selon toi les 2-3 défauts principaux des joueurs débutants ? Comment peuvent-ils palier ces défauts ?

Je vais parler de CG, mais je pense que c'est applicable aux tournois également. Le principal défaut des joueurs débutants, c'est de jouer trop de mains et de les jouer de manière trop passive. Le fait de jouer beaucoup de mains n'est pas forcément une mauvaise chose en soi, mais quand on commence à subir les coups, ce n'est jamais bon signe. De manière plus spécifique, on voit souvent des joueurs être trop loose sur leurs défenses de blinds, payer des relances avec des mains marginales, au lieu de 3better ou folder. Et plus on monte dans les stakes, plus ces défauts constituent des erreurs, car contre de bons joueurs, on ne peut pas se permettre de se laisser marcher dessus. A des basses limites, les joueurs tentent également trop de bluffs qui ne sont pas nécessaires. Arrêtez de vouloir bluffer des joueurs qui ne foldent pas ! C'est complètement inutile. Au niveau des bluffs, il ne faut pas non plus vouloir représenter une ou deux mains spécifiques sans historique et sans read solide, et raisonner plus en terme de range. Si le joueur en face réfléchit en terme de fréquence (ou s'il ne réfléchit pas !), il ne foldera pas. Pour corriger ces défauts, il faut surtout beaucoup de rigueur et de discipline. Et pour progresser, il faut réfléchir aux mains et en discuter avec d'autres joueurs, toujours penser aux autres lines qu'on aurait pu prendre. Penser à ce que les autres joueurs font de mieux, à ce qu'ils font moins bien que nous, etc…

Que t'a apporté ton passage par le poker de club ? Penses-tu qu'un club amateur, comme la Darshan Team, est un bon moyen de mettre le pied à l'étrier ?

Quand je suis arrivée à la Darshan Team, j'étais vraiment novice dans le poker, mais j'avais une envie exacerbée d'apprendre. J'avais déjà lu quelques livres, mais il me manquait vraiment la pratique en live, discuter avec des personnes meilleures que moi pour progresser et je pense qu'un club amateur peut apporter ça, à condition d'avoir envie de progresser et d'aller jouer dans cette optique. Evidemment, on ne peut pas reprocher à des personnes qui viennent uniquement pour se détendre et s'amuser de ne pas prendre la chose sérieusement. Chacun a des attentes différentes par rapport à ce jeu. Et heureusement ! Si tout le monde souhaitait devenir pro, j'irais pointer au chômage ! Ensuite, passé ce stade, il faut évidemment aller plus loin dans le travail, la réflexion… et le club ne suffit plus. Je dirais que c'est une rampe pour entrer dans le monde du poker et partir sur de bonnes bases.

Avant dernière question : la question idiote, c'est un rituel de nos ITW. Quelle est ta main favorite ? Pourquoi ?

Evidemment AA, mais sinon je dirai JTs, c'est une main qui a beaucoup de potentiel de craquage !

Dernière question : quels seraient les 2-3 conseils que tu pourrais donner à une personne voulant devenir pro, ou du moins apprendre très sérieusement le poker ?

Avant de penser à vouloir passer pro, il faut évaluer sa motivation et sa situation et être lucide à propos de son niveau. Je vois beaucoup de joueurs, qui ne connaissent quasiment rien au jeu, qui « songent » à passer pro. C'est complètement ridicule. Pour faire un parallèle, ce serait comme quelqu'un qui voudrait se préparer pour un Grand Chelem parce qu'il a pris deux semaines de cours de tennis et que ça lui plaît bien. C'est absurde. C'est pareil pour le poker, sauf que ce jeu donne l'illusion que c'est possible. Commencez par gagner de l'argent, montez une bonne bankroll, et après on reparlera de passer pro ! Pour ma part, je suis quelqu'un de têtu et quand je veux quelque chose, je ne lâche rien. J'ai su tout de suite que j'allais tout faire pour parvenir à mes fins. Mais attention, c'est une voie difficile, et même si ça paraît génial de vivre du poker (et ça l'est), ça comporte certains inconvénients à ne pas négliger. Premièrement, on ne sait pas combien de temps on sera capable d'en vivre, l'avenir est incertain, surtout en ce moment ! Ensuite, il faut un mental d'acier pour durer dans ce milieu. Le poker met les nerfs à rude épreuve. Je pense que beaucoup de joueurs ne se rendent pas réellement compte de ce que l'on peut éprouver et des émotions que l'on peut ressentir au bout de six mois de badrun. C'est quelque chose de vraiment violent et extrême à endurer. J'ai tendance à penser que quelqu'un qui a une bonne situation stable devrait réfléchir à deux fois avant de tout lâcher pour se lancer dans un avenir aussi hasardeux. Pour ce qui est des points positifs, ils sont évidents : les pros vivent de leur passion, ils n'ont pas de patron, pas d'obligation. On peut jouer de (presque) n'importe où et on gère notre emploi du temps comme bon nous semble. En résumé, comme on le dit souvent : « poker is the hardest way to have an easy living (le poker est le moyen le plus difficile pour faire de l'argent facile) ! ».

Merci beaucoup Gaëlle pour cette ITW. Bon courage sur les tables de poker, et encore un grand bravo pour ton parcours !

Merci et gl à tous !

Recherche

Nous suivre

   

Partager cette page

Team Pro Winamax

Une DarshanShark chez Winamax

Lire l'interview

Nos partenaires